allbirthdaycanadianacommemorativegiftholidayslunarmoins_de_50MONEY BACKGUARANTEE100%REMBOURSEMENT GARANTI100%newbornpopsportssubssubssubssubssubssubssubssubssubssubstraditionalunder_50wedding
Vous êtes protégé par notre garantie de remboursement de 30 jours

Collection du laboratoire de Recherce-Développement

Nous vous présentons l’équipe pour qui rien n’est impossible!

La première pièce de circulation colorée du monde. Des pièces 3D avec des parties mobiles. Des pièces bimétalliques qui résistent à l’usure. La Monnaie royale canadienne repousse depuis longtemps les limites des techniques de monnayage. Comment en vient-elle à ces innovations? Le dirigeant principal de la technologie, Xianyao Li, nous offre un rare coup d’œil dans les coulisses de la recherche-développement à la Monnaie, et nous parle de la nouvelle collection du laboratoire de Recherche-développement.

M. Li dirige une équipe d’une douzaine d’ingénieurs mécaniques, chimistes, métallurgiques et électriques qui sont passés maîtres dans l’art du monnayage.

« Nous adorons tous le défi de créer quelque chose de nouveau, explique M. Li. Il n’y a rien de mieux que d’accomplir un projet qui semblait carrément impossible! Je suis fier de faire partie d’une équipe si talentueuse et audacieuse. »

TOUTES LES IDÉES SONT BONNES

La Monnaie accepte des idées et des suggestions de tout le monde, des cadres supérieurs aux clients discutant avec leur vendeur.

L’esprit d’inclusion est l’une des choses qui motivent Christian Brochu, ingénieur de produit.

« Entendre les idées et les commentaires des autres nous aide à améliorer notre manière de faire », dit-il.

Un des moyens préférés de l’équipe pour faire le plein de nouvelles idées? L’événement annuel « Montrez-moi ce motif » organisé par les équipes Marketing et Développement de produits. Dans le cadre de cet événement, tous les employés sont invités à présenter leurs suggestions de pièces, lesquelles sont triées et évaluées en fonction du caractère novateur, du potentiel de mise en marché et de la faisabilité technique du concept. Les équipes de la Monnaie étudient aussi les risques associés à chaque idée. D’abord et avant tout, l’équipe de M. Li vise toujours la production rentable et sûre de pièces novatrices.

La détermination de l’équipe a donné lieu à certaines des plus grandes avancées de monnayage au Canada, voire au monde, notamment des pièces photoluminescentes, des pièces de formes extrêmes et même un manège fonctionnel.

M. Li se souvient de certaines technologies qui ont eu des retombées plutôt… inattendues sur le marché. Par exemple, la pièce du coquelicot frappée en 2004 en hommage aux anciens combattants canadiens, la première pièce de circulation colorée au monde, était tellement inhabituelle, aux yeux de fournisseurs de l’armée américaine, qu’ils l’ont prise pour un dispositif d’espionnage et l’ont signalée au département de la Défense des États-Unis, laquelle a émis une mise en garde à son sujet.

PLACE À L’INNOVATION

Pour la plupart des pièces d’avant-garde, le public voit le produit fini une fois qu’il a été perfectionné par M. Li et son équipe. Mais le nouvel ensemble d’épreuves ‒ Initiatives de sécurité de la collection du laboratoire de Recherche-développement présente des pièces expérimentales à différentes étapes du processus de création, avec un accent sur les technologies de sécurité. Les six épreuves sont toutes de vrais prototypes utilisés pour différents essais, notamment d’étalonnage, qui mettent en lumière des caractéristiques de sécurité inusitées, comme des éléments de motif surélevés et frappés en creux, des microcaractères visibles et dissimulés et une nouvelle technique brevetée permettant la fusion de trois métaux dans une seule pièce.

M. Li souligne que la structure trimétallique était particulièrement difficile à réaliser. Elle a été inspirée par la fameuse structure bimétallique utilisée pour la pièce de circulation canadienne de 2 $. Le défi, dans ce cas, était de bien fixer les deux morceaux ensemble afin d’éviter qu’ils ne se séparent une fois en circulation. Pour la pièce trimétallique, il fallait aussi trouver un moyen de fusionner les deux morceaux superposés du centre à l’anneau extérieur. L’équipe de M. Li a non seulement relevé le défi, mais l’a fait en respectant le rythme normal de production, soit plus de 400 pièces par minute.

Le deuxième produit de la collection du laboratoire de Recherche-développement est le piedfort biconcave de 1 $ en argent pur. À l’aide d’une toute nouvelle technologie de monnayage, l’équipe a reproduit le populaire huard d’une manière jamais vue auparavant. « La première chose qui sautera aux yeux des gens, c’est la beauté de la pièce, affirme M. Li. Puis ils se demanderont comment nous avons bien pu faire ça! »

Ce dont parle M. Li, c’est la courbure concave de plus de 6 mm de chaque côté de la pièce, qui donne une tranche de plus de 16 mm. La courbure extrême de ce motif met en valeur l’exploit d’ingénierie requis pour presser une si grande quantité de matériel vers les rebords tout en conservant la netteté et la précision de la tranche. Seulement 112 de ces incroyables pièces ont été frappées, et elles se sont écoulées en moins de deux jours.

L’épuisement rapide des stocks est chose courante pour la Monnaie, qui voit beaucoup de ses pièces les plus spéciales s’envoler en un rien de temps. Mais la fierté de voir ces créations plaire à tant de gens, elle, reste bien marquée dans le cœur de M. Li et son équipe.

Justin Deveau, ingénieur de produit, prend comme exemple le manège ancien en argent pur avec placage d’or : « Un de nos rôles est de sortir des sentiers battus pour produire des pièces uniques, dit-il. Je suis fier d’avoir participé à la création d’une pièce si techniquement exigeante. Et le meilleur dans tout ça, c’est que les gens l’ont adorée! »

Quant à M. Li, un des projets qui le rend le plus fier est la pièce de un million de dollars. Cette pièce d’investissement en or pur à 99,999 % de 100 kg a décroché en 2007 le record Guinness de la plus grande et la plus pure pièce en or au monde. Et jusqu’à maintenant, la Monnaie en a vendu cinq à des investisseurs canadiens et internationaux.

L’AVENIR DU MONNAYAGE

M. Li et son équipe sont impatients de réaliser le prochain grand exploit en monnayage. Les ingénieurs sont fiers d’être à l’avant-garde du domaine, même que pour beaucoup d’entre eux, c’est un des plus grands attraits de leur emploi.

« C’est exaltant de travailler sur quelque chose qui n’existe pas encore », explique Krutika Vishwakarma, ingénieure en recherche.

Sans révéler quoi que ce soit des surprises qu’elle nous réserve, l’équipe de R-D de la Monnaie dit surveiller de près quelques champs prometteurs, dont l’intelligence artificielle et l’impression 3D. Ces technologies font déjà des vagues dans une foule de secteurs, et M. Li croit que ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un (potentiellement de son équipe) trouve un moyen d’en faire des techniques de monnayage.

Grâce à une collaboration solide entre les services et à un soutien sans borne de la haute direction, la Monnaie a encore bien des nouveautés à découvrir.

« La direction croit fermement à l’innovation, note M. Li, ce qui nous permet de continuer à nous dépasser et à faire de grandes choses. »

  • SHARE :